Inside Llewyn Davis

April 30, 2016

On éprouve devant le dernier #film des frères Coen un sentiment doux-amer. #Llewyn Davis est décrit comme un souffre-douleur iconique qui, au début des années 60, tente désespérément d’atteindre le succès dans l’ombre de Bob Dylan. Le film développe ainsi son parcours initiatique qui, à défaut de le propulser vers le #succès, l’enchaine à un échec cyclique. Parfois surréaliste, visuellement éthéré, Inside Llewyn Davis se décline comme le parfait manuel de l’échec.

 

Depuis le début de leur carrière, les frères Coen n’aiment rien de plus que de faire l’éloge de la banalité, d’où surgit systématiquement l’éclat, l’événement qui tranchera entre l’ascension ou la perte. L’échec y est souvent considéré comme une bénédiction et la manière la plus cocasse de représenter le quotidien de personnages brimés dans leur tentative d’élévation.

 

Pourtant, le personnage de Llewyn Davis réfute ce schéma jusqu’au bout, persuadé qu’il fera mieux que les autres, malgré la mort récente de son partenaire. Cet effort sera vain. Précisément, ce sont cette obstination et ce panache qui font le sel d’un film qui n’est qu’une nouvelle représentation du concept de l’hybris cher aux frères Coen.

 

Please reload

Featured Posts

Languages and Our First Years of Life

October 28, 2019

1/10
Please reload

Recent Posts

November 18, 2019

November 17, 2019

November 16, 2019

November 15, 2019

Please reload

Archive